Dans la cuisine de Mylène…

4 janvier 2016

Comme vous le savez, Ariana et moi aimons mélanger notre passion pour la création et le design avec notre goût pour la cuisine.  Ce croisement des disciplines qui nous est cher, nous voulions le faire évoluer et le partager encore davantage avec vous. C’est ainsi que l’idée de la rubrique « Dans ta cuisine » est née. On vous propose de découvrir la cuisine de nos lecteurs dont nous dresserons le portrait. Une série de photo vous emmène dans leurs univers à la recherche d’éléments singuliers. Entre ses petits objets et livres de cuisine, chaque invité réalise un petit entretien accompagné d’une recette que nous publions sur le blog. Pour entamer cette nouvelle rubrique, allons dans la cuisine de Mylène que je vous laisse découvrir :

Mylène
Doctorante en histoire de l’art

Ma cuisine voyage au gré des saisons. J’aime par-dessus tout ajouter à mes plats des éléments glanés au gré de mes vagabondages : une poignée de mûres trouvées au détour d’un chemin, quelques coings dans un verger abandonné ou des châtaignes ramenées des sous-bois, autant d’éléments qui jouent les trublions dans mon quotidien et font varier mes recettes. Le hasard me guide, mais la curiosité est l’un de mes principaux moteurs, une algue drôlement chaloupée, une légumineuse africaine ou une baie exotique ne me font pas peur ! En ce qui concerne mon petit appartement sous les combles, il est sans prétention : sa petite taille ne permet pas l’accumulation ! J’ai favorisé le blanc et des teintes lumineuses, le bois naturel et les lignes épurés. Le mur de la cuisine est éclairé par une touche plus pêchue teinte « potiron » qui réveille la pièce. J’aime particulièrement les compositions murales, ces assemblages de papiers, de motifs et de matières, de cartes postales et de prospectus. Avec eux la décoration murale devient évolutive et n’est jamais figée.

cuisiine

au5

Un ingrédient fétiche que tu as toujours dans ta cuisine ?

L’oignon ! En botte ou jaune avec un petit faible pour les oignons rouges à la saveur plus douce. C’est un accompagnement de caractère. Croquant,  revenu avec quelques herbes, grillé au four et même cru, finement émincé et incorporé aux salades ou aux Tartares il est polyvalent. Sucré ou caramélisé il donne un goût incomparable aux chutneys ! J’adore l’émincer en tranches et utiliser les « anneaux » que je trouve très esthétiques.

oignon rouge

Tes adresses favorites quand tu ne cuisines pas ?

La Rivière à Strasbourg, pour une véritable expérience culinaire. Une cuisine qui décortique, déstructure chaque saveur pour mieux les combiner ensuite et qui valorise la forme autant que le fond.

L’Accoustic à Sélestat, un restaurant dont la majorité des produits proviennent de producteurs locaux et biologiques. La carte, végétarienne change tous les jours.

L’Hacienda Bistrot à Strasbourg, notre dernière trouvaille culinaire. Je conseille vivement leur Millefeuille de butternut vanillé et carpaccio de St-Jacques : un délice !

Et j’ai la chance d’avoir autour de moi plein de gens inventifs qui m’invitent à partager leur assiette et qui me gâtent par leurs attentions gustatives !

Peux-tu nous présenter la recette que tu vas réaliser pour le blog ?

Pour cette recette automnale (oui c’est encore l’automne jusqu’au 21 !) j’ai valorisé un produit de saison : le champignon ! J’adore partir à la cueillette des champignons, c’est une vraie chasse au trésor qui, quand elle est fructueuse, se finit toujours par une grande et conviviale platée. Côté légumes, j’ai choisi le potimarron, qui est la courge la plus nutritive et dont le goût sucré proche de celui des marrons se marie bien avec les noisettes grillées. En plus, sa belle couleur ensoleille les assiettes. Les noisettes grillées et croustillantes, me rappellent les soirées au coin du feu et les bûches qui crépitent. Saupoudrées sur les dés moelleux de la courge, elles apportent le croquant nécessaire. Celles que j’utilise proviennent de producteurs alsaciens (la ferme Rolli à Bergheim). Enfin la graine de sarrasin kasha, légèrement grillée, est une belle alternative sans gluten aux céréales. Sa saveur très caractérisée, légèrement rustique vient contraster la douceur du potimarron.

danstacuisinemylène

potimarron

 

Poêlée de potimarron, sarrasin kasha
et chanterelles des bois aux noisettes grillées

 

Ingrédients (deux personnes) :

. 500g de potimarron bio

. 1 gros oignon rouge

. 300 à 400g de chanterelles jaunes ou grises

. 60g de noisettes grillées non salées + quelques une pour la décoration.

. 150g de kasha (sarrasin toasté)

. Tamari

. Huile de noisette ou huile de sésame (selon l’envie !)

. Sel, poivre

. Quelques feuilles de salade ou de mâche

 

Lavez et épépinez le potimarron. Détaillez la chair en cubes moyens. Faites cuire les cubes de potimarron pendant 10 minutes dans l’eau bouillante, la chair doit être tendre. Réservez au chaud. (Il est aussi possible de finir la cuisson des dés de potimarron à la poêle avec un peu de matière grasse pendant 5 minutes à feu vif, pour les faire un petit peu « compoter »).

mylene-1

Préparez les champignons. Couper la base terreuse des pieds. Ne pas les tremper dans l’eau, sans quoi ils deviendraient spongieux et perdraient leur saveur. S’ils sont sales, enlevez les résidus (mousse, terre) au pinceau et essuyez éventuellement les chapeaux avec un chiffon humide.

mylene-2

Détaillez l’oignon rouge en lamelles et faites le fondre quelques minutes dans une poêle avec une cuillère à café d’huile d’olive.

mylene-3

Ajoutez les chanterelles aux oignons précédemment préparés et les faire sauter à feu vif, à découvert. Remuez régulièrement afin de ne pas les faire brunir.

mylene-4

Au bout d’environ 5 minutes, baissez le feu puis poursuivez la cuisson pendant quelques minutes. Salez, poivrez.

mylene-5

Portez à ébullition 300 ml (pour 150 grammes de sarrasin kasha) d’eau salée. Versez le sarrasin dans l’eau bouillante, et laissez cuire 3 minutes. Attention, pour conserver tout le croquant du sarrasin, la cuisson des graines doit être très rapide sous peine de retrouver une bouillie dans sa casserole : le sarrasin libère son mucilage quand il est trop longtemps au contact de l’eau. Une fois la cuisson terminée égouttez immédiatement le sarrasin et réservez au chaud.

mylene-6

 

Mélangez 2 cuillères à soupe d’huile de noisette ou de sésame avec 3 cuillères à soupe de Tamari, à ajuster selon la convenance.

mylene-7

Concassez les noisettes grillées dans le bol d’un blender (quelques coups suffisent). Réservez.

mylene-8

Dans votre assiette, dressez d’une part les cubes de potimarron, ajoutez les champignons et le sarrasin kasha. Saupoudrez l’ensemble de noisettes concassées et arrosez abondamment de sauce. Réajustez l’assaisonnement en fonction de vos goûts. Servez avec une salade de mâche ou une salade verte croquante, qui rafraîchira le plat.

mylene-9

 

potimarronchampignon

Si cette rubrique vous intéresse et que vous souhaitez nous faire découvrir votre cuisine, envoyez-nous un mail via la rubrique contact.

You Might Also Like