Lisbonne et la rota vicentina

21 septembre 2017

Notre guide sur Lisbonne, Sintra et la rota vicentina

Le retour de la rubrique voyage !! Après la Grèce, l’Andalousie et les Pouilles, on vous propose une autre destination ensoleillée : le Portugal. Eh oui, cet été on a décidé d’aller se dorer la tomate à Lisbonne et sur la côte Atlantique. J’ai vu énormément de choses, mais je vais essayer d’être synthétique dans cet article et de ne vous parler que de mes coups de cœur Je vous embarque donc dans ma valise, premier arrêt : Lisbonne où nous avons résidé pendant 5 jours.

Lisbonne

L’Alfama

Le quartier que nous avons le plus arpenté est celui de l’Alfama. Du fait des ruelles étroites et tortueuses de Lisbonne, on s’est souvent perdu ce qui nous a amené à découvrir de très beaux endroits. L’Alfama et Graça se trouvent sur les hauteurs de Lisbonne et offre de nombreux points de vue ou miradouros en Portugais. Inutile de vous en donner l’adresse, car vos errances vous y mèneront à coup sûr. Le fameux tramway n° 28 dessert le quartier donc si vous n’avez pas la motivation pour faire une petite ascension ça peut être une bonne manière d’entrer dans ce coin de Lisbonne.

L’Alfama est aussi l’antre du fado, une musique portugaise constituée de chant mélancolique sur la ville, l’amour, la vie… Nous ne comprenions pas un traitre mot de ces chansons, mais pourtant l’émotion et la puissance de ces voix nous ont transportés le temps d’une pause à l’angle d’une rue.

Nous avons également eu l’occasion de manger dans un restaurant de tapas qui organisait un concert.

Fado na Morgadinha, Largo do Peneireiro

Le lendemain nous avons remonté encore un peu plus haut dans le quartier pour visiter le Castelo Sao Jorge qui est construit sur la plus haute colline de la ville. Il s’agit d’une forteresse datant de 138 av. J-C, comme dans beaucoup de monuments à Lisbonne on y retrouve des influences arabes et baroque. Il y a beaucoup d’oliviers et de pin dans l’enceinte du château ce qui en fait un lieu très apaisant malgré les groupes de touristes. Un groupe de Pan vie en liberté dans le château et fait ça petite vie dans les arbres.

En quittant le château nous avons aussi découvert de belles œuvres de street art. Les graffitis sont très présents dans la ville et beaucoup d’œuvres de grande qualité sont à portée de regard. Le contraste permanent entre les différents quartiers, la ville historique, les docks et le street art apporte de la fraîcheur à la ville et on ne se lasse jamais. Nous n’avons pas eu le temps de nous renseigner, mais il doit sûrement exister de super tour guidée sur le street art à Lisbonne.

Un bâtiment en ruine à quelques pas du château

Voici deux exemples parmi tant d’autres des œuvres que nous avons pu voir et pour lesquelles j’ai eu un coup de cœur.

Un homme aux lunettes cosmiques <3

Avant de quitter l’Alfama pour vous parler d’un autre quartier, faisons une pause gourmande ! Près de notre airbnb se trouvait la feira da ladra, un marché aux puces, brocantes dans lequel on peut vraiment tout trouver : du carreau peint à la vieille poupée creepy. La brocante s’organise autour d’un bâtiment dans lequel on peut trouver des expositions de photos, quelques livres et une « cantine » où manger peu cher après avoir fait de belles trouvailles sur les stands.

Les « dames de la cantine » préparent de très bons plats conviviaux qui n’ont pas grand-chose à voir avec mes mauvais souvenirs d’écolière. Ici on garnit son assiette de salade de poulpe, de gratin aux poissons et on boit de la citronnade maison. Après ça on est parti pour une bonne sieste ! Dernière halte sur notre chemin vers le quartier de baixa, la boutique A vida portuguesa dans laquelle nous avons fait notre petite sélection de souvenirs. La décoration du lieu est très belle et on passe un bon moment à feuilleter les carnets de notes, livres de cuisine et à fantasmer sur les tissus aux motifs colorés.

Il y a beaucoup d’hirondelles en céramique dans la boutique, elle porte bonheur et symbolise le voyage et la liberté au Portugal. On retrouve aussi des planches de cuisine en forme de morue séchée (eh oui c’est une passion sans fin dans ce pays haha) et de la belle vaisselle bleu azur. Ils ont plusieurs enseignes dans toute la ville, mais celle que nous avons explorée ce trouve à Largo do Intendente Pina Manique 23.

Le Bairro alto et Baixa

Nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour découvrir ces quartiers donc je n’ai pas autant de photos à vous proposer, mais quand je retournerais à Lisbonne j’irais probablement loger dans le bairro alto pour voir Lisbonne sous une autre atmosphère. C’est le quartier de la fête et des petites boutiques originales, proche du port de cais do sodré, c’était fut un temps, le QG des marins en escale.

Ce qui est frappant dans le Baixa c’est l’organisation du quartier qui est totalement différente du reste de la ville. Le quartier avait été totalement détruit par un tremblement de terre en 1755 et il a été reconstruit selon une grille orthogonale de 7 rues commerçantes ou vous pourrez faire votre halte shopping ou écouter des groupes de musiques qui se produisent dans ses grandes allées piétonnes donnant sur la place du commerce.

Au bout de l’une, des rues se dresse une tour de fer sculpté, c’est l’ascenseur de Santa Justa. Inauguré le 10 juillet 1902, cette construction toute en fer de 45 mètres de hauteur est l’œuvre de l’ingénieur Raoul Mesnier de Ponsard, dont la famille est Française d’origine, mais lui est né à Porto. Vous pouvez emprunter l’ascenseur pour aller contempler la vue sur la ville, nous ne l’avons pas fait, car la file d’attente était très longue. Les points de vue sont tellement nombreux à Lisbonne qu’on était plus en admiration devant la structure elle-même que devant le panorama quelle offre. La nuit tombée nos estomacs nous ont guidées les yeux fermés jusqu’au time out market installé dans le Mercado da ribeira.

Mercado Da Ribeira

De plus en plus de villes Européenne adoptent le concept des halles de marchés reconverti. J’avais déjà eu l’occasion de me rendre dans un lieu similaire à Amsterdam et à Florence ce qui m’a permis de découvrir plein de plats différents en peu de temps et de me régaler à petit prix. Mention spéciale pour le restaurant Tosca au Mercado de Florence dans lequel j’ai mangé les meilleures pâtes de ma vie. À Lisbonne on a finalement pris un petit bout d’Italie dans notre plat, mais réadapté à la sauce lisboète. Nous avons choisi de manger sur le stand de la cheffe Marlene Vieira, seule femme parmi les restaurateurs du Mercado. Elle propose différents plats à base de poisson (morue of course !) agrémentée de coriandre, ou encore de crème de pois chiches.

Risotto au cabillaud, coriandre et épinards

Belèm et les docks

Pour notre dernière journée à Lisbonne nous avons pris le bus pour aller découvrir le quartier de Belèm qui se trouve à l’extérieur de la ville. On y voit la fameuse tour de Belèm qui se trouve au bord du Tage et qui est rattaché à la terre par un petit ponton de bois. Avant le tremblement de terre de 1755 qui a ravagé Lisbonne, cette tour se trouvait au beau milieu du fleuve. Elle n’a pas été détruite dans la catastrophe, mais elle s’est déplacée de plusieurs mètres.

Si vous vous baladez le long des rives du Tage vous verrez également un beau monument à l’honneur des explorateurs portugais tels que Vasco de Gama qui permit la découverte des Indes en 1498. Puis si vous continuez encore votre marche, vous allez vous approcher d’une construction bien plus contemporaine. Le MAAT, musée d’art, architecture et technologie forment une vague de carreaux blancs qui quitte les pavés de la promenade pour offrir une vue en hauteur sur le pont du 25 avril et les bâtiments de l’ancienne centrale électrique.

Le MAAT (musée d’art, architecture et technologie)

Cette architecture complètement fondue dans le quartier permet aux visiteurs et passant de la découvrir sous plusieurs angles. Il est possible de monter sur le toit de la vague puis de redescendre en son creux pour se réfugier à l’ombre. Nous n’avons malheureusement pas pu visiter le musée qui était en pleine installation de leur nouvelle exposition, mais rien que l’architecture vaut la peine d’être vue.

Les anciennes usines reconverties en lieux d’expositions

Avant de regagner le centre de Lisbonne, nous avons visité le Mosteiro dos Jeronimos (monastère des Hiéronymites). Un lieu grandiose qui fut lui aussi épargné par le tremblement de terre de 1755. Au sein du cloître on analyse l’exubérance des différentes ornementations aux inspirations végétale, religieuse et royale. La pierre couleur sable prend des teintes dorées lorsqu’elle baigne dans les rayons du soleil. On se dit que la vie monastique ne devait pas être si terrible dans un tel cadre !

LX factory

Notre dernière soirée à Lisbonne était consacrée à la découverte de la LX factory. Gros coups de cœur pour ce lieu plein de créativités et de délices culinaires. LX factory et le village underground sont un ensemble d’anciens bâtiments industriel reconvertit en lieu d’échange, de création et de rencontre. Les ateliers d’artistes côtoient des concept-store, bibliothèque, salle de sport et restaurant. Une atmosphère vraiment très cool pèse sur ce lieu qui s’est également donné pour objectif de faire découvrir une autre facette de Lisbonne aux touristes.

L’étreinte du Cristo Rei et de la femme aux mille couleurs de la terrasse de Rio maravilha

Ce petit village utopique est situé au pied du pont du 25 avril, sorte de réplique du Golden Gate de San Francisco. Lorsque la nuit tombe, le pont s’illumine et offre un très beau spectacle depuis les nombreux points de vue du coin. Pour prendre un peu de hauteur nous sommes allé dans l’un des tours de la LX qui possède un bar/restaurant sur son toit. C’était franchement une belle manière de clôturer notre semaine à Lisbonne et je vous conseille vivement de trouver un moment durant votre séjour pour aller découvrir LX.

Non mais cette vue quoi !?

Après avoir dégusté un super cocktail sur le toit nous sommes redescendus dans les ruelles du « village » pour manger à la cantine proche de l’entrée. Décor chiné et cuisine ouverte orientée autour de plat régional. J’ai pu déguster d’énormes tentacules de poulpes aux citrons et à l’ail. Ce qui était super à Lisbonne c’est que les prix de la restauration ne sont pas très élevés en comparaison de la qualité de ce que l’on peut manger. Du coup on s’est fait plaisir et on a pu goûter plein de choses différentes.

Avant de quitter les lieux, on a fait un dernier petit tour que je vous dévoile en photos :

Il y aurait beaucoup à montrer sur LX factory, mais je crois que j’aime bien l’idée de laisser une part de mystère autour de ce petit bijou. À voir par vous même donc 😉

Au cours de notre semaine à Lisbonne nous avons également pris une journée pour aller découvrir la ville de Sintra et ses palais. Bien loin du style industriel et street art des docks, Sintra nous a permis de découvrir la vie autour de Lisbonne.

Sintra

Pour se rendre à Sintra il suffit de prendre un train depuis la gare de Rossio à Lisbonne. 40min plus tard, vous arrivez au terminus qui se trouve en contrebas de la ville. À partir de là le plus simple est d’utiliser le bus 434 qui parcourt les alentours (achetez un billet à 5 euros et vous pourrez aller voir les principales attractions.)

Nous avons donc commencé par un petit tour dans le centre historique de Sintra et nous avons déjeuné sur le parvis du palais national de Sintra.

Nous avons eu l’occasion de manger sur le pouce un très bon sandwich à base de cabillaud marinée, épinards, et coriandre et pour arroser tout ça nous avons goûté à la ginja. Il s’agit d’une liqueur à base de cerise servit dans des minis verres en chocolat, ça, ça vaut tout les mon chéri du monde !

Bacalhau na vila
Rua arco do Terreirinho

L’atmosphère de Sintra est un peu mystique : les manoirs, palais et châteaux se découvrent à travers le léger brouillard qui surplombe toujours la ville. Par moment, on à l’impression de ce balader dans les décors de game of thrones et on se sent l’âme d’un conquérant. À défauts du trône de fer, on part à la quête de la plus belle vue.

Nous avons commencé par visiter le château des Maures au style médiéval. Du château il reste en réalité surtout la muraille dont on peut faire le tour pour avoir une vue imprenable sur le paysage et la suite des réjouissances. Certaines installations permettent également de découvrir les vestiges des populations ayant occupé les lieux. On y découvre des poteries datant du paléolithique et un beau film d’animation qui raconte l’histoire du château.

Si vous partez à Lisbonne pour plus d’un weekend, je vous recommande vraiment de planifier une excursion à Sintra. Le paysage est à couper le souffle et l’atmosphère vous permettra de prendre un peu d’air avant de retrouver la fête dans les rues de Lisbonne. Le prochain stop après le château des Maures est le palais de Pena.

On commence par grimper dans l’immense parc qui entoure le palais et qui regorge de palmier, fougère et pin. Puis petit à petit on découvre les couleurs flamboyantes du palais qui parait presque irréel. L’influence orientale se mêle au style baroque et aux azulejos qui ornent l’entrée principale du palais. Le moins qu’on puisse dire c’est que Mies Van Der Rohe (less is more) aurait fait une syncope devant toutes ces couleurs, mais moi ça m’emplit de bonne humeur.

Petit extrait du guide du routard parlant de l’architecture du palais :

Plus géologue et géographe qu’architecte, tel un amateur de génie, le baron allemand Ludwig von Eschwege conçoit une œuvre éclectique, exubérante et romantique mêlant les styles mauresque, manuélin, baroque, gothique et Renaissance… C’est vraiment un palais hors normes, conçu comme un incroyable cocktail architectural, fruit d’une imagination débordante et sans préjugés. Pena est considéré comme le premier palais romantique d’Europe, ayant été édifié 30 ans avant le château de Neuschwanstein par Louis II de Bavière.

J’ai pris environ 100 photos de ce lieu, c’est tellement dur de ne pas tout vous montrer ! Mais il faut conserver un peu d’effet de surprise pour votre visite.

Nous avons terminé notre visite par un petit tour dans l’immense parc du château. Complètement seul au milieu de cette petite jungle portugaise on se prend à rêver d’une vie royale et luxuriante :p

Bon allez je m’arrête là pour les photos. La visite des deux sites ainsi que du village nous aura pris la journée. Nous sommes rentrées avec le dernier bus à 19 h et avons bien profité de notre journée à Sintra. Pour ceux qui aurait plus de temps, il est également possible d’aller voir la côte et plus précisément cabo da roca qui est le point le plus occidental du continent européen.

Rota vicentina

Après plusieurs jours à Lisbonne nous avons décidé de terminer notre voyage par une escapade sur la côte atlantique et plus précisément le long de la rota vicentina. Il s’agit d’une succession de petits villages, de plages et de forêt de pin situé dans la région de l’Alentejo. On y découvre de mignonnes petites maisons portugaises blanches avec des fenêtres cernées d’un bleu intense et de belles vues sur les plages.

Nous avons séjourné dans le village de Villa Nova de Milfontes qui se trouve à l’embouchure du fleuve Mira et de l’océan Atlantique, ce qui a pour avantage de permettre l’accès à différents types de plages. La vie est douce, on mange du poisson grillé, on fait du surf et on se dore (on rôtit) au soleil.

Ce petit break était appréciable, car après avoir arpentés Lisbonne dans tous les sens, nous étions bien contente de passer une journée à ne rien faire d’autre que d’accumuler notre quota de soleil pour survire à l’hiver alsacien.

On se promène dans le village assez charmant et dépaysant, ici il n’y a pas, ou très peu de carreaux de couleur, mais le charme vient de l’homogénéité de toutes ces petites maisons aux tuiles orange et aux couleurs éclatantes. On découvre aussi dans les ruelles du village de nombreuses poupées grandeur nature qui nous ont intrigués et dont je peux vous conter l’histoire 😉

Il y a quelques siècles de cela, Vila nova à subit de nombreuses attaques de pirates, car elle était le point d’entrée du fleuve mira. Au fil des années, sa population n’a cessé de diminuer et la ville était sans cesse pillée. Pour pallier à cela, un petit château a été construit pour protéger les quelques habitants restants. Problème, ils n’étaient plus que 8, et donc pas assez de personne pour monter la garde dans le fort et tenir les pirates à l’écart. Les villageois ont alors eu l’idée de créer plus de 1000 poupées à échelle 1 qu’ils placèrent le long des remparts. Depuis leurs longues vues, les pirates apercevaient ses personnages et les croyants réels, ils renoncèrent à attaquer la ville. Depuis, on a conservé quelques-unes de ces poupées en hommage à la créativité des habitants de Vila nova de Milfontes.

Petites ballades et anecdotes passées, on se lance dans notre dernière aventure avant le retour en France : une randonnée de 20 km le long de la côte pour aller de Vila nova de Milfontes à Porto covo.

La Rota vicentina est un ensemble de sentiers de grande randonnée permettant de découvrir l’Alentejo par la côte ou par les terres. Nous avons choisi d’emprunter le sentier des pêcheurs qui longe l’Atlantique et offre de très belles vues sur les dunes de sable et les falaises déchiquetées. C’était la première fois que nous nous lancions dans une randonnée de plus de 5 heures alors nous n’étions pas certaines d’aller jusqu’au bout. Mais nous l’avons fait, et je vous avoue que je suis plutôt fière de nous. Malgré les kilos de sables amassés dans nos chaussures, les coups de soleil improbable et le manque d’eau on est arrivée heureuse et gorgée d’énergie.

Cette randonnée nous a offert de magnifiques vues sur des plages paradisiaques qui m’ont rappelé la côte sauvage Bretonne que j’aime tant. Il était difficile de ne pas craquer pour une baignade, mais nous avons maintenu le cap jusqu’au village de Porto covo. Je vous laisse découvrir en image les beaux paysages du Portugal :


Praia do Malhão

Entre le fleuve Mira et l’Atlantique

Une fois la randonnée terminée, il était temps de faire nos bagages et de reprendre le bus direction l’aéroport. Si cette excursion vous intéresse, vous pouvez trouver toutes les informations sur le site de la Rota vicentina. En ce qui concerne le trajet de Lisbonne vers Vila Nova de Milfontes, il existe la compagnie de bus Rede expressos qui relie la ville à la Costa vicentina pour pas cher (30 euros l’AR). Contrairement à mes petites mésaventures dans les Pouilles l’utilisation des transports en commun était très simple au Portugal. Tout est bien indiqué et en cas de doute vous tomberez toujours sur quelqu’un de sympa pour vous aiguiller 🙂

 

Les incontournables culinaires
que nous avons découvert à Lisbonne

Petit récap en illustration des délices que j’ai pu goûter au Portugal. Le bacalhau (Morue en français) est LE poisson numéro 1 du pays, on le cuisine de mille façons et il est intéressant de découvrir la créativité avec laquelle ils le préparent. J’en ai mangé presque tous les jours sans jamais me lasser. Chaque matin lorsque nous quittions notre logement du quartier de Graça, on sentait les odeurs du poisson en train de griller pour le déjeuner. C’était un vrai plaisir de manger autant de poisson frais, car en tant qu’alsacienne je n’en ai pas souvent l’occasion. Puis pour le dessert nous avons goûté aux fameux Pastel de nata. Je ne m’attendais à rien de spécial et pourtant quelle délicieuse surprise ! Il s’agit d’une sorte de crème à base de jaune d’œuf dans une petite coque en pâte feuilletée. En général on les mange tièdes à toute heure de la journée hehe.

J’espère que cet article vous aura donné des pistes sur les choses à voir et à faire à Lisbonne et que vous apprécierez la ville autant que moi. Vos retours nous intéressent donc n’hésitez pas à partager vos impressions dans les commentaires.

You Might Also Like

Pas de commentaire

Commenter

Cochez la case ci-dessus pour recevoir la newsletter mensuelle!